Journal (16)

Le 18 novembre, jour de la grande rencontre (2)

Et je rentrai chez moi avec une nouvelle détermination. En passant par le village de Saint-Jacques, je me rendis à l’église du village. Il y avait des jeunes qui m’observaient me diriger vers l’église, mais je ne pouvais plus reculer. J’irais au bout de cette histoire. Je me heurtai à des portes verrouillées et je revins à mon auto, sous le regard curieux de ces jeunes. Mais je m’en fichais, me disant que je donnais là comme une preuve du sérieux de ma démarche. Je ne m’en rendais pas compte à ce moment-là, mais c’est comme si je disais à Dieu: « Tu vois, je fais des efforts. Je veux vraiment te trouver. »

Le mercredi suivant, le 18 novembre, je me rendis chez le cousin d’Hélène pour la soirée de prière. Je me sentais plus ouvert avec le groupe et je m’étais informé auprès d’Hélène afin de savoir comment on faisait pour prier. J’avais déjà commencé, sans le savoir, ce soir-là dans la voiture. Elle m’expliqua que l’on pouvait demander des choses à Dieu mais surtout le louer, le remercier, lui rendre grâce de ce qu’il fait pour nous. Cela ne m’aidait pas beaucoup, car pour quelles choses pouvais-je remercier Dieu? Qu’avait-il fait pour moi? Mais une fois la soirée de prière commencée je me mis résolument à la tâche. Après une lecture de la Parole de Dieu, une prédication et un partage, chacun était invité à entrer dans une prière personnelle, qui se faisait pour la plupart à haute voix, qui évoluait vers des espèces d’incantations avec le mot Jésus ou le mot Alléluia, et qui se terminait toujours avec un espèce de chant bizarre que j’apprendrais à connaître comme étant le chant en langues.

J’étais à genoux, comme tous les autres, tourné vers ma chaise. Je me sentais un peu comme un enfant, peut-être comme celui qui récitait le chapelet devant la radio plusieurs années avant. Je commençai à faire l’inventaire des choses pour lesquelles je pourrais remercier Dieu. Peu à peu, je pensais à des choses comme la vie, l’amour, Hélène, ah! oui c’est vrai, Hélène, mes parents, la campagne, mon travail, la santé, etc. Plus j’avançais dans ma prière plus je réalisais qu’effectivement il y avait bien des choses dans la vie qui faisaient mon bonheur et que, si Dieu existait, je ne pouvais que l’en remercier. Peu à peu un sentiment de joie profonde commença à m’envahir et je réalisai tout à coup qu’il se passait quelque chose en moi, que je n’avais jamais ressenti auparavant. Un immense bonheur, comme une grande vague venant de loin et s’imposant peu à peu à l’horizon. Les mots devenaient inutiles. Je restais là silencieux, comblé, en attente, ne voulant surtout pas briser le charme ou être ailleurs. Rester indéfiniment devant cette présence. Oui, j’avais le sentiment d’une présence, oh combien aimante, et qui me disait: « Tu m’as appelé. Oui, je suis là! » Une grande joie m’habitait. Je m’étais relevé pour m’asseoir sur ma chaise pendant que les autres continuaient à prier à voix haute. Je restais là immobile, incapable de bouger ou de parler. Les larmes de mirent à couler. Je pleurais doucement, mais c’était des larmes de joie. Un événement extraordinaire venait de se passer dans ma vie et qui la marquerait à tout jamais. Dieu m’avait répondu.

Après la prière, j’avais envie de crier à tout le monde: « Vous ne savez pas ce qui vient de m’arriver? » Mais, en même temps, parler me demandait un trop grand effort. J’avais besoin de continuer à goûter cette plénitude en moi. À la fin de la soirée, je suis allé reconduire Hélène. Et alors je lui ai raconté ce que j’avais vécu et elle me répondit tout simplement : « C’est beau n’est-ce pas? » Car elle savait. Elle connaissait cette réalité de la présence du Seigneur dans sa vie. Ce soir-là, je n’avais pas envie de prolonger la soirée avec elle, tellement j’étais pris par cet amour en moi. De retour à la maison, je continuai à prier, à louer Dieu, encore tout étonné de ce qui m’arrivait.

Une Réponse

  1. C’est vrai qu’une fois qu’on se met à y penser, il y a tant de choses pour lesquelles louer Dieu !
    Belle soirée !

Laissez un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :