Journal (21)

MA VOCATION DE PRÊTRE

Mon retour à l’Église m’amena à constater un écart considérable entre l’expérience spirituelle que je vivais et, ce qu’il faut bien appeler l’Institution, semblait offrir aux fidèles. Je découvrais une Église très préoccupée par les enfants, mais n’offrant à peu près rien aux adultes en terme de formation ou d’accompagnement spirituel. De plus, cette Église du Québec, profitait bien d’un système scolaire étatique qui, tout en payant pour la catéchèse des enfants, avait le droit de regard sur ceux et celles qui pouvaient dispenser cette catéchèse. Dans bien des cas, puisque je travaillais en milieu scolaire, je constatais que ces postes étaient offerts à des non-croyants. Le Seigneur nous façonne à partir des expériences, des contextes sociaux, familiaux et des épreuves qui marquent nos vies. Cette situation de l’Église, que je découvrais à 27 ans, marquerait profondément la nature même de ma soif d’engagement dans cette Église.

Par ailleurs, je faisais l’expérience extraordinaire de l’entrée dans la foi chrétienne, de la suite de Jésus comme disciple. Oh oui, comme je voulais être disciple, apôtre! Car je découvrais que cette expérience spirituelle dépassait mes attentes. Je le disais à mes amis, « la foi en Jésus-Christ, la foi en Dieu c’est quelque chose de vivant en nous! » Je l’avais bien pressenti avant de croire, que la foi ne pouvait pas être simplement l’adhésion à des vérités abstraites ou à une philosophie de vie. Ma conversion me le confirmait avec puissance. Les mois passaient et je sentais bien une vie qui grandissait en moi. Je comprenais les choses de l’intérieur. Souvent mes lectures sur les sacrements, le salut, la Vierge Marie, le Pape, ne venaient que confirmer ce que déjà Dieu me donnait d’intuitionner de ses mystères. Et cela me renversait à chaque fois, comme s’il y avait en moi un maître intérieur qui m’enseignait. Combien m’habitait cette parole de Jésus : « Je vous enverrai l’Esprit Saint et lui vous enseignera toutes choses! » Je faisais l’expérience de la vérité de cette promesse et ma foi n’en était qu’affermie.

J’étais donc habité par un très grand désir, parfois excessif, comme jeune croyant, de communiquer mon expérience, de faire connaître le Christ et son Évangile, de faire aimer l’Église, cette servante du Seigneur. Comme je l’ai expliqué plus haut, mon désir d’assumer ma relation avec une ancienne compagne me fit renoncer à ce projet, et entraîna un long délai par la suite dans mon cheminement vers le sacerdoce et la vie religieuse. Mon directeur spirituel d’alors, ne voyait pas d’un bon oeil que je sorte à peine de cette relation pour m’orienter vers le sacerdoce. Il me conseilla d’attendre quatre ou cinq ans, alors que j’en avais déjà 29 à ce moment-là. Je dus suivre cette consigne et mettre de côté mes projets, ce qui me découragea complètement d’espérer poursuivre dans cette voie. Mais Dieu trouva bien le moyen de ranimer en moi cette flamme, en me faisant voir que cet appel, je le portais profondément inscrit en moi et depuis longtemps.

Laissez un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :