Le noyau de la foi selon Benoît XVI

Benoît XVI« Il faut se rappeler que depuis les tout premiers temps du christianisme apparaît un « noyau » permanent et irréductible de la catéchèse, donc de la formation à la foi… Tout l’exposé sur la foi est organisé autour de quatre éléments fondamentaux : le Credo, le Pater noster, le Décalogue et les Sacrements. Telle est la base de la vie du chrétien, telle est la synthèse de l’enseignement de l’Église fondé sur l’Écriture et la Tradition.Le chrétien y trouve ce qu’il doit croire (le Symbole ou le Credo), espérer (le Pater noster), faire (le décalogue), et l’espace vital dans lequel tout cela doit s’accomplir (les Sacrements). Or, dans trop de catéchèses actuelles, cette structure fondamentale est abandonnée avec les résultats que l’on sait : une désagrégation du sensus fidei chez les nouvelles générations, souvent incapables d’une vision d’ensemble de leur religion. »

Source : Ratzinger, J. Messori, V. Entretien sur la foi. Fayard, 1985. p. 83-84.

Une Réponse

  1. Absolument d’accord avec notre Saint Père. Ah! si seulement, il était suivi! Or, j’ai la nette impression que non et à plus d’un égard, bien malheureusement. Les programmes de catéchèse ressemblent à ceux de l’éducation nationale française. On commence par des thèmes qui n’évoquent quelque chose que pour les auteurs des méthodes, on traite des thèmes qui semblent paruchutés et arbitraires, on butine de l’un à l’autre, on effleure sans avoir le temps d’approfondir, d’ancrer des connaissances. Il n’y a pas de base, pas de progression. Comment avoir dans ce cas une vision d’ensemble? C’est impossible et les programmes sont responsables. Les enfants ne connaissent même plus par coeur le Notre Père. Mais on nous rétorque que l’on est là pour évangéliser et non pour enseigner…!
    Le catéchisme catholique est structuré autour du « noyau » de la foi, la catéchèse, déstructurée et sans cohérence apparente. Les préceptes de Benoît XVI , c’est du bon sens et la sauvegarde de notre religion; savoir défendre sa foi, c’est d’abord la connaître. et pouvoir la transmettre, c’est aussi la connaître. Or, que voit-on? Des catéchistes parfois peu sûrs eux-mêmes de leurs connaissances, recrutés par nécessité face au manque de prêtres autrefois chargés de la tâche. Mais puisque l’essentiel est d’évangéliser, le manque de connaissance n’apparaît pas être une gêne. Le problème étant, en autres, qu’à annoncer l’évangile sans y mêler le dogme, on finit par fondre sans les différencier toutes les religions chrétiennes sans différencier et enseigner la sienne propre. Il y a une perte de substance évidente. Cette vision qui oppose évangélisation à enseignement est en partie responsable de ce qui se passe dans les catéchèses, qui perdent leur substance en perdant leur appui fort : le « noyau » de la foi.

Laissez un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :