Homélie pour le 14e Dimanche du temps ordinaire. Année C.

« Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. »

Peuple_en_marche_02

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20. 
Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. 
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. 
Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. 
N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. 
Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison. ‘
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. 
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. 
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. 
Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous. ‘
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : 
‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche. ‘
Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. 
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. » 
Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. 
Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. 
Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » 

________________________________________________

L’on parle beaucoup d’évangélisation ces temps-ci. L’évangile d’aujourd’hui peut certainement nous aider à approfondir cet appel en tant que disciples du Christ. Mais soyons réalistes. Peu d’entre nous se mettront à sillonner villes et villages pendant l’été comme le font les disciples. C’est pourquoi je vous propose d’aborder la question de l’évangélisation sous un autre angle, et qui est aussi au coeur du récit que nous venons d’entendre.

Il s’agit de la consigne de Jésus à ses disciples quand il leur dit : « Je vous envoie comme des agneaux parmi les loups. » Tout d’abord, l’annonce de la foi au Christ est risquée, elle est périlleuse encore aujourd’hui, et elle le sera jusqu’à la fin des temps. Il serait trop long d’en développer le pourquoi, sinon pour dire que l’évangile est porteur d’un message de paix, d’amour et de justice, et que les idéologues, les faux messies, les dictateurs et les violents ne peuvent s’accommoder d’un tel message. C’est pourquoi l’on a crucifié Jésus. Le même sort menace ses disciples, car en suivant le Christ ils s’engagent dans un combat pour le bien et pour la vérité.

Par ailleurs, cette image des agneaux qu’emploie Jésus vient nous rappeler que l’évangélisation n’est pas une entreprise de séduction ou de conquête. Elle est une proposition de vie qui doit être offerte avec le plus de délicatesse et de bienveillance possible. Car, ne l’oublions pas, les disciples sont appelés à imiter leur maître, lui qui est doux et humble de coeur.

Comme lui, les disciples sont appelés à s’en remettre entièrement à Dieu. Remarquez dans le récit d’aujourd’hui qu’ils n’apportent ni argent, ni provisions, ni sandales. Ils acceptent l’hospitalité qu’on veut bien leur offrir. Ils n’imposent rien, n’entrent en conflit avec personne, parce qu’ils sont porteurs de la paix du Christ. Et quand on ne veut pas les entendre, ils reprennent tout bonnement leur chemin, secouant la poussière de leurs pieds, afin de bien signifier que leur « démarche est totalement désintéressée, et que les bénéficiaires du message restent toujours libres de le refuser. » L’évangile de ce dimanche nous interpelle donc quant à la manière dont nous devons partager notre foi avec les autres.

C’est Marc Donzé, le biographe de Maurice Zundel, l’un des grands spirituels du XXe siècle, qui écrivait à son sujet : « Il voudrait pouvoir parler de Dieu, à pas de silence et de respect, au coeur de ce qui importe le plus à l’homme. Il voudrait pouvoir dire sans violence, mais en prenant chaque homme par la main, que Dieu est l’accomplissement de l’homme. »

La foi ne s’impose pas. Elle échappe aux raisonnements logiques qui en donneraient une preuve définitive. On ne peut ni la donner, ni la prêter, ni la transmettre comme un bien qui nous appartiendrait. On peut tout au plus en parler, la proposer et surtout en vivre. C’est-à-dire l’insérer au plus intime de nos journées, de nos faits et gestes, y puiser force et courage, goûter à cette joie secrète de celui ou celle qui accueille en sa vie la présence de Dieu et qui ne peut qu’en éprouver un grand bonheur et beaucoup de gratitude. Pour nous chrétiens et chrétiennes, c’est cela vivre notre foi en Jésus-Christ et c’est pourquoi nous voulons offrir à d’autres cette chance de croire en Dieu.

Nous sommes donc loin ici de définitions abstraites, de doctrines et de choses à retenir. Quand nous abordons la question de la foi, nous parlons avant tout de ce bonheur et de cette espérance qui nous habitent et qui nous font vivre. C’est la joie de croire. Et pour bien saisir ce que veut dire évangéliser, j’emploierais la comparaison suivante. Nous sommes comme des sourciers au pays de la soif, qui auraient découvert une source cachée et intarissable d’eau vive. Annoncer Jésus Christ, c’est tout simplement vouloir faire connaître cette source pour le plus grand bonheur de tous. Aux proches comme aux lointains, à nos enfants, à nos amis, à nos familles. Mais cela n’est pas simple. Nous le savons, car la foi est un don et il appartient à chacun d’accueillir librement ce don.

Pour beaucoup de nos contemporains, Dieu est méconnu, sinon ignoré, et c’est là la plus grande des tragédies pour l’humanité, car elle est alors orpheline et sans direction, vulnérable à toutes les passions, aux idéologies les plus meurtrières, car elle est sans espérance. Jésus, en nous envoyant dans le monde, nous rappelle que nous avons la responsabilité de nos frères et soeurs en humanité. Comme le soulignait le pape Jean-Paul II, «celui qui a vraiment rencontré le Christ ne peut le garder pour lui-même, il doit l’annoncer. »

C’est pourquoi Jésus, lui le Prince de la Paix, nous envoie comme des agneaux et non comme des loups, nous invitant à marcher à pas de patience et de sollicitude avec tous ceux et celles que Dieu met sur notre route, afin qu’ils puissent reconnaître cette réalité fondamentale de l’existence humaine : c’est en Dieu que reposent toutes nos joies, tous nos bonheurs et toutes nos amours, il en est la source et c’est pourquoi nous pouvons dire de Dieu qu’il est véritablement l’accomplissement de l’Homme. Voilà ce que nous annonçons au monde, voilà ce que nous ne pouvons taire, car comment pourrions-nous cacher la joie qui nous habite? Puisse le Seigneur nous donner en cette eucharistie l’audace et le discernement nécessaire pour bien témoigner de lui.

Amen.

fr. Yves Bériault, o.p.

_______________________________

1 Thabut. 14e Dimanche. Année C.

2 Donzé, Marc. La pauvreté comme don de soi. Cerf/Saint-Augustin,1997. pp. 36-37

3 Jean-Paul II, Novo Millenio Ineunte, 40, 6 janvier 2001

Priez pour le pauvre prédicateur

J’ai toujours aimé prêcher depuis mon appel à ce ministère par le Seigneur. C’est ma plus grande joie, bien que l’enfantement soit toujours douloureux, et ce après des années de prédication. C’est là un signe qui me rassure. Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement.

Quand il se donne vraiment à sa mission, le prédicateur fait l’expérience à la fois de sa pauvreté et du don de Dieu. C’est pourquoi, même après des années, il peut toujours tirer du neuf de ce vieux trésor qui lui est confié. C’est là le défi. Et à chaque fois c’est l’étonnement, l’émerveillement devant ce que peuvent receler des textes lus et relus des milliers de fois.

Le prédicateur est appelé à puiser à cette source de la Parole et à s’en abreuver, afin de pouvoir la partager aux autres. Il doit se laisser toucher lui-même s’il espère toucher les autres. Heureusement, Dieu est plus grand que nous et ne saurait se restreindre à nos seules capacités. Dieu veut avoir besoin de nous, d’où l’importance d’être fidèle à sa grâce et de prendre au sérieux son appel. Et là on se tient devant un grand mystère qui nous laisse bouche bée.

Le prédicateur est appelé à faire cette expérience de plus grand que lui dans cette expérience de communication. C’est parfois bouleversant, c’est toujours une grâce.

Il faut donc prier pour le pauvre prédicateur afin qu’il soit toujours un instrument docile entre les mains du Seigneur. C’est sans doute là la première tâche de ceux et celles qui l’écoutent.

Vous connaissez Cochabamba ?

bolivie-montagneDe bons amis à moi, les Husson, un couple formidable avec trois enfants, viennent de s’engager dans un périple missionnaire où ils passeront de six mois à un an à Cochabamba, en Bolivie.Un projet des Soeurs Missionnaires de l’Immaculée Conception.

Qu’est-ce qui amène une famille à vivre un tel engagement, avec le dépaysement et aussi les risques, il faut bien l’avouer? C’est la quête!

Celle qui est au fond de chacun de nous et qui nous amène sans cesse à aller plus loin dans notre recherche d’absolu et de dépassement, où nous attendent des bonheurs inattendus, surtout le bonheur de donner et de recevoir.

Le missionnaire reçoit bien plus qu’il n’apporte ou ne donne, et c’est l’expérience que s’apprêtent à vivre mes amis  Thierry et Christine Husson, ainsi que leurs trois enfants : Julien, Élise et Clément.

Ils feront l’expérience de ce que l’auteure Sylvie Germain appelle « cette grâce dure, éprouvante ». Comme le disait Mère Térésa aux jeunes sœurs qui venaient l’aider à Calcutta :

« Il vous arrivera de trouver des choses qui vous révoltent… Il faudra puiser en vous toute la force nécessaire afin de prendre sur vous cette douleur, de l’assumer et ainsi d’apporter la preuve que le Christ est vraiment ressuscité. »

Si vous voulez les suivre dans leur périple, vous n’avez qu’à aller sur le blogue des Husson en Bolivie.

bolivie_pan

Lettre de Bolivie

Dominique, une jeune catholique de 29 ans, originaire de Montréal, s’est envolée vers la Bolivie dans le cadre d’un projet missionnaire laïc sous la responsabilité des Missionnaires de l’Immaculée Conception (M.I.C.). C’est un engagement de deux années. Dominique illustre bien cette nouvelle jeunesse de l’église qui n’a pa froid aux yeux et qui ne recule pas devant l’engagement et le service des autres. À sa manière Dominique évoque pour moi la figure d’une Madeleine Delbrêl. Déjà elle est confrontée à la question de la pauvreté qui l’entoure et elle partage la réflexion suivante avec ses amis:

Deux femmes contre un mur« Ce qui est aussi très confrontant pour moi est de m’apercevoir que je mange trois bons repas par jour, que je vis dans une maison comfortable avec toutes les commodités pendant que des personnes à quelques 100 mètres de la maison doivent mendier pour survivre et faire vivre leur famille. Cette confrontation quotidienne est difficile à vivre parfois, car je sais bien que la misère est une situation qu’il faut éradiquer et non pas épouser, mais le contraste entre ma vie et la leur est parfois tellement flagrant que la culpabilité me gagne.

Il est clair que durant mes deux ans ici, j’aurai tout un processus de croissance à vivre par rapport à cette réalité. Comment passer de la culpabilité à la compassion? De l’impuissance à la conscientisation et à l’action? Je suis venue ici pour connaître un autre peuple et vivre en solidarité avec lui. Mais jusqu’où suis-je prête à aller dans cette solidarité? Voilà quelques questions qui m’habitent ces jours-ci…

Je passerai ce temps de Noël dans différents villages reculés de la région du Chaparé à 5 heures au nord de Cochabamba. Nous sommes quelques laïques et religieuses M.I.C à aller animer des catéchèses et des célébrations de la parole pour des communautés chrétiennes plutôt isolées. »

Chère Dominique ma prière t’accompagne.Fin de l'article

P.S. Pour aider Dominique vous pouvez faire parvenir votre don au nom de :
Procure des missions M.I.C.
Projet laïcat missionnaire : Bolivie
121, ave Maplewood
Outremont, Qc. H2V 2M2
Canada

Des témoins parmis nous

Imperceptiblement l’on est passé, il y a quelques semaines, des décorations de l’halloween à celles de Noël. Pour plusieurs, ce n’est qu’un changement d’ambiance qui n’a rien avoir avec l’enfant de la crèche, et encore moins avec une profession de foi. Nos contemporains ont besoin d’enchanter leur quotidien, de se laisser éblouir. Bien sûr, il y a un certain sentimentalisme qui reste attaché à cette fête de Noël, un sens du don dont on a perdu l’origine, mais qui se traduit par cet appel à la générosité et au partage dont on entend l’écho tout au long de ces semaines qui précèdent Noël. Quoi qu’on en dise, ce sont là des traces d’évangile qui ont marqué notre culture et qu’il fait bon voir, même si le sens de la fête semble relégué aux oubliettes pour bien des gens.

Entre temps, je reviens d’un week-end où j’ai rencontré des chrétiens et des chrétiennes à pied d’oeuvre au coeur de leurs engagements et de leur foi. Voilà qui me réchauffe le coeur à l’approche de Noël et qui lui redonne son vrai sens.

Il y a cet ami malade Stéphane, atteint d’un cancer, qui tenant ferme dans la prière, est entouré d’amis et de sa famille, porté par leurs prières et leur dévouement. Il y a ces trois amies, Anick, Céline et Christine, que j’ai croisées samedi, et qui, en compagnie de leurs enfants, emballaient les centaines de cadeaux à distribuer lors de la fête de l’Association Cigogne qui se consacre aux étudiantes enceintes ou avec nourrissons, sur le campus de l’Université de Montréal. Les enfants de mes trois amies sont à la bonne école.

Samedi soir, il y a eu ce souper de Noël des membres de l’Association Le Tandem, où j’ai rencontré cette femme médecin, âgée de trente cinq ans environ, et qui a adopté trois enfants handicapés au nom de sa foi. Il y a Luc, 42 ans, qui est veuf et qui m’a parlé du choix que lui et son épouse avaient fait de choisir de se marier même si le cancer de sa femme était connu avant le mariage. Une belle histoire d’amour dont est issue un beau garçon. Il y a Mona qui se dévoue bénévolement pour cette association et dont la générosité m’épate sans cesse.

Et ce soir dimanche, c’est Mario et Céline que j’ai revu lors de la rencontre de notre fraternité dominicaine, et qui consacrent tous leurs loisirs à s’occuper de l’accompagnement de personnes éprouvant des difficultés d’ordre affectif et qui voient cette mission comme faisant partie de leur engagement comme laïcs dominicains. Bref, un week-end qui me remplit d’espérance et qui me fait toucher du doigt à la vrai joie de Noël.