Homélie pour le 16e Dimanche T.O. Année A

WHEAT FIELD WITH THISTLES-12X9.JPG

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,24-43.

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à la foule : « Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla.
Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?”
Il leur dit : “C’est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?”
Il répond : “Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps.
Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.” »

COMMENTAIRE

Dimanche dernier, l’évangéliste Matthieu nous rapportait la parabole du semeur qui commençait ainsi : « Le semeur est sorti pour semer ». Une phrase extraordinaire dans la bouche de Jésus décrivant l’action créatrice de Dieu en notre monde. Il serait tentant toutefois de ne retenir de cette parabole que la leçon suivante : il y a des coeurs qui accueillent la Parole de Dieu et d’autres qui la refusent; tout comme la parabole d’aujourd’hui qui pourrait nous encourager à séparer le monde en deux : les bons et les mauvais, ou encore, l’axe du bien et l’axe du mal pour reprendre un langage plus politique. Mais en rester à ce premier niveau de lecture risque de nous enfermer dans une vision dualiste du monde, où il y aurait les bons d’un côté et les méchants de l’autre, sans possibilité de rencontre entre les deux.

Pourtant, Jésus ne fréquente-t-il pas les pécheurs, les publicains et les prostituées ? Il n’hésite pas à engager le dialogue avec les pharisiens, les scribes et les sadducéens. À tous il fait bon accueil, à tous il annonce la bonne nouvelle du Royaume. Et c’est ainsi que le semeur qui est sorti pour semer jette libéralement sa semence. Il sème à tout vent, dans tous les coeurs, sur tous les terrains, démontrant une confiance inébranlable en la force de son action créatrice, qui est en fait un débordement de son amour pour nous.

La parabole d’aujourd’hui ressemble à celle de la semaine dernière avec ses évocations de semailles et de récoltes, mais elle nous entraîne un peu plus loin.

Tout d’abord elle nous rappelle en accord avec ce qui est dit dès le livre de la Genèse que ce n’est pas Dieu qui crée le mal, tout comme ce n’est pas le maître de maison qui a semé l’ivraie. Jésus l’affirme : le maître de maison n’a semé que du bon grain. Mais voilà qu’un ennemi sème nuitamment au milieu du blé une mauvaise herbe qui risque de l’étouffer, et pourtant il faut les laisser grandir ensemble.

Par sa parabole, Jésus enseigne à ses disciples qu’il faut accepter de pousser là où ils sont plantés, à ne pas chercher à se séparer du monde, ou encore à diviser le monde entre bons et méchants, ce que nous sommes souvent tentés de faire lorsque l’autre porte des valeurs différentes des nôtres. Jésus nous rappelle que c’est au maître de la moisson et à lui seul qu’il revient de faire ce jugement.

Mais le coeur de cette parabole, c’est lorsque le maître de la moisson réagit à la suggestion de ses ouvriers qui veulent séparer le bon grain de l’ivraie. Ce dernier les met en garde car en enlevant l’ivraie, ils risquent d’arracher le blé en même temps. Et voilà que s’opère un retournement dans la parabole. Jésus nous invite à regarder en nous-mêmes, nous rappelant que semblables aux champs du maître de maison, nous sommes des êtres partagés nous aussi en qui poussent à la fois le bon grain et l’ivraie, aucune vie n’étant parfaite, nul n’ayant le monopole de la vertu. La parabole nous parle d’un Dieu bon et patient qui nous invite à cette même patience envers nous-mêmes, confiants qu’au terme de nos vies, avec la grâce de Dieu, le bon grain saura bien l’emporter sur l’ivraie et que Dieu saura bien nous purifier de ce qui pourrait encore nous retenir d’aller vers lui.

Par sa parabole, Jésus nous invite aussi à porter un regard neuf sur notre monde. Le meilleur et le pire se croiseront toujours sur cette terre, nous dit-il, et il  appelle ses disciples à se tenir aux carrefours, à la croisée des chemins, frères et soeurs universels de tous ceux et celles que nous côtoyons, nous rappelant que la valeur d’une personne ne se réduit jamais à la somme de ses limites ou de ses erreurs. C’est pourquoi nous sommes invités à regarder le monde avec les yeux du maître de maison qui laisse pousser côte à côte le bon grain et l’ivraie, confiants que la Parole de Dieu pourra toujours se frayer un chemin.

Voici une histoire vraie qui me semble des plus éclairante pour notre propos. Un jour, j’ai fait la rencontre d’une jeune étudiante de vingt ans à l’université. Elle était Française et passait une année au Québec. Elle m’a raconté qu’elle était aveugle de naissance et qu’à quatorze ans, suite à une opération, elle avait retrouvé la vue. C’était merveilleux de l’entendre me décrire sa réaction en voyant pour la première fois les nuages et les oiseaux dans le ciel, les arbres, les couleurs des fleurs, la mer, les visages des personnes, le sourire des enfants. Elle était rayonnante en me racontant tout cela, comme si elle revivait ce miracle. Je lui dis alors : « Mais ce devait être extraordinaire ! » Et elle me répondit : « Mais, ce l’est toujours ! » Je dois ajouter qu’elle était chrétienne et que sa conversion remontait à ce premier regard qu’elle porta sur le monde, comme si la présence de Dieu s’était imposée à elle tout d’un coup devant tant de beauté.

Regarder le monde avec les yeux de Dieu, c’est le travail de l’Esprit Saint en nous, nous rappelle saint Paul aujourd’hui. L’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons demander comme il faut. Et c’est ainsi qu’il devient notre guide, notre maître à prier et à agir, et qu’il nous donne de comprendre que c’est dans la rencontre de l’autre que Dieu nous attend, ce prochain, cet autre nous-même qui nous ressemble tellement avec ses grandeurs et ses misères, et avec qui nous sommes appelés à cheminer sur cette terre, tout comme le Christ le fait patiemment avec chacun et chacune de nous. (1)

Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs


  1.  À la sortie de l’église, après la messe, une dame non voyante m’accosta pour me dire qu’elle avait toujours été aveugle, mais qu’elle avait toujours vu la beauté des choses ainsi que la présence de Dieu dans sa vie. « On ne voit bien qu’avec les yeux du coeur ! »

Homélie pour le 15e Dimanche T.O. Année A

ob_294f51_semeur-au-soleil-couchant-vincent-van.jpg

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,1-23.

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer.
Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage.
Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer.
Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger.
D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde.
Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché.
D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés.
D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un.
Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »
Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là.
À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a.
Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.
Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : ‘Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai.’
Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent !
Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur.
Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin.
Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ;
mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt.
Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.
Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

COMMENTAIRE

Il est important de rappeler que l’utilisation du procédé littéraire de la parabole par Jésus est un moyen pédagogique pour ses auditeurs plutôt qu’un obstacle à la foi, moyen par lequel Jésus vise à éclairer, à mieux faire comprendre le mystère du Royaume. En même temps, la parabole est souvent une manière de tamiser une vérité, tout comme l’on chercherait à adoucir une lumière trop éblouissante. La parabole ne cherche pas à cacher ou à imposer une vérité, mais elle vise avant tout à livrer son message selon la réceptivité de chacun et chacune. Pour la comprendre et l’accueillir, il faut tout simplement avoir le cœur ouvert et vouloir être de Dieu.

« Le semeur est sorti pour semer », nous dit Jésus dans la parabole d’aujourd’hui. Comme j’aime ces paroles qui résonnent comme les premiers mots de la création du monde : « Le semeur est sorti pour semer ». Aucune hésitation ici, seule la détermination du semeur est mise en relief, comme dans ces peintures de Van Gogh où l’on voit un semeur dès le lever du jour, semant largement et généreusement dans son champ. Jésus dans sa parabole nous parle de l’action d’un Dieu créateur qui dès le premier jour de la création entreprend une oeuvre remplie de promesses, et pleine de vie.

« Le semeur est sorti pour semer », et voilà que le monde est créé avec ses milliards de galaxies, et l’histoire est lancée à travers les figures d’Adam et Ève, des patriarches et des prophètes. Dieu va susciter des Juges et des rois pour guider son peuple choisi; il va lui confier la mission de le faire connaître au monde, de lui apprendre d’où il vient et où il va au terme de son histoire. Et dans les derniers temps qui sont les nôtres, le Père envoie son Fils bien-aimé pour mener le Royaume de Dieu à son achèvement et nous montrer le chemin à suivre sur cette terre pour y parvenir.

« Le semeur est sorti pour semer », nous dit Jésus. Lui et le Père ne font qu’un, et c’est une oeuvre commune qu’ils poursuivent ensemble, puisque dès les origines du monde, le Père donne la vie par sa Parole, par son Verbe. Le semeur, c’est à la fois, et le Père et le Fils dans une même communion d’amour. Comme l’écrit si bellement Jean-Philippe Ferlay :« L’amour du Père pour son Verbe dans l’Esprit est tellement fort et généreux qu’il éclate hors de Dieu. Et voilà que le monde est créé, tout différent de Dieu et pourtant absolument lié à lui. » Et c’est ainsi que Jésus de Nazareth, lui la dernière et la plus belle parole du Père, vient marcher avec nous sur nos routes humaines. Il vient nous prendre par la main, semant la bonne nouvelle dans tous les coeurs de cette terre qui veulent bien l’accueillir.

Il est vrai que plusieurs lui ferment leur porte, et nous sommes toujours étonnés et attristés quand des personnes écartent de leur vie toute référence à Dieu. Elles font penser à des orphelins à qui leur échappe ce bonheur de croire. Mais retenons de notre parabole que le semeur sème aussi sur les sols les plus stériles, les plus endurcis, même dans les sillons couverts de pierres et de ronces. Rien ne semble décourager ce semeur obstiné. Il est d’un optimisme béat qui dépasse toute logique humaine. C’est Henri Nouwen, ce grand spirituel, qui décrit ainsi l’attitude de Dieu à l’égard de ses enfants qui se tiennent loin de lui :

« Son seul désir est de bénir… Il n’a aucun désir de les punir. Ils ont déjà été punis de façons excessives par leur propre errance, intérieure et extérieure. Le Père veut simplement leur faire savoir que l’amour qu’ils ont cherché dans des chemins tortueux a été, est et sera toujours là, pour eux… mais il ne peut les forcer à l’aimer sans perdre sa véritable paternité. »

Et c’est ainsi que le semeur est sorti pour semer, nous invitant à semer généreusement avec lui, sans nous décourager, car ne voit-on pas au printemps les crocus et les pissenlits se frayer un chemin vers le soleil à travers les sols les plus rugueux et inhospitaliers ! C’est avec cette invincible espérance que nous devons habiter notre terre, car dans tous les coeurs la semence est lancée nous dit Jésus, même dans les coeurs les plus endurcis, car Dieu ne saurait désespérer de notre légèreté, jusqu’à ce que nous baissions les bras et l’appelions Notre Père.

Frères et soeurs, que notre eucharistie soit un oui renouvelé au Christ qui nous appelle à la foi. Amen.

Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs.

artfichier_717350_5402345_201601093634216

Paul Ricoeur sur les religions

« Si vraiment les religions doivent survivre… il leur faudra en premier lieu renoncer à toute espèce de pouvoir autre que celui qu’une parole désarmée; elles devront en outre faire prévaloir la compassion sur la raideur doctrinale ; il faudra surtout, et c’est le plus difficile, chercher au fond même de leurs enseignements ce surplus non dit de grâce à quoi chacune peut espérer rejoindre les autres, car ce n’est pas à l’occasion de superficielles manifestations, qui reste des compétitions, que les vrais rapprochements se font : c’est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent. »

(Collectif sur les moines de Tibhirine. Sept vies. Op. cit. Paul Ricoeur dans Lettre circulaire,  p. 226)

Homélie pour le 14e Dimanche T.O. Année A

2003-Cadillac-DTS-Presidential-limo-front.jpg

Livre de Zacharie 9, 9-10.
Ainsi parle le Seigneur : « Exulte de toutes tes forces, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient à toi : il est juste et victorieux, pauvre et monté sur un âne, un ânon, le petit d’une ânesse.
Ce roi fera disparaître d’Éphraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre, et de l’Euphrate à l’autre bout du pays. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,25-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. »
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

COMMENTAIRE

Alors que les dirigeants du G20 arrivaient à Hambourg ce weekend dans leurs limousines blindées, entourés de leur garde rapprochée, les empereurs et les rois des temps anciens entraient dans une ville assis sur de superbes chevaux, signes de leur pouvoir et de leur force militaire. Le messie qu’annonce le prophète Zacharie se présente lui à Jérusalem monté sur un âne. Spectacle à première vue risible si l’on ne sait pas que cette image d’un roi sauveur sur un âne est avant tout un puissant symbole de paix. Le roi qui va sauver Israël se présente comme un roi pacifique et Jésus fera sienne cette entrée à Jérusalem le Dimanche des rameaux.

À la suite de la prophétie de Zacharie, l’évangile de Matthieu nous invite à repenser à la fois la présence de l’Église au monde, ainsi que les représentations que nous nous faisons de la présence de Dieu au cœur de nos vies. Nous le savons trop bien, Jésus est venu parmi nous comme un pauvre, sillonnant villes et villages de la Galilée et de la Judée, objet de moqueries et de menaces, vivant comme un mendiant, quémandant sans cesse notre amour avec toute la douceur de celui qui aime d’une patience infinie : « Pierre, m’aimes-tu ? »

Quand on découvre la foi en Dieu, et c’est particulièrement remarquable chez les nouveaux convertis, il se vit alors chez la personne qui en est l’objet une certaine exaltation, une joie difficile à contenir devant la grandeur de la découverte de Dieu, comme si ces personnes passaient de la nuit à la pleine lumière du jour, tel un aveugle recouvrant la vue. Cette joie profonde n’est pas que passagère, mais ce qu’il l’est c’est de croire que Dieu viendra enlever tous les obstacles sur notre route, que nos prières insistantes nous apporteront éventuellement tout ce que nous demandons. C’est là l’enfance de la vie spirituelle. Et parfois, le réveil est brutal.

Certains auront alors le sentiment que Dieu les abandonne, mais sa présence à nos vies n’est pas celle d’un roi triomphant et puissant. Cette présence est plutôt de l’ordre de la brise légère, une présence aimante des plus discrète nous donnant la force d’aller de l’avant comme le font les parents qui encouragent leur enfant qui apprend à marcher. Sans la présence des parents, l’enfant n’apprendrait jamais à marcher, mais ces derniers ne pourront jamais marcher à sa place.

Jésus agit ainsi avec nous et c’est pourquoi il nous propose de prendre son joug. Le joug est cet attelage de bois que l’on met sur deux bêtes qui travaillent aux champs, une bête plus forte étant habituellement jumelée à une bête plus faible, l’une entraînant l’autre. Cette image où nous portons le joug de Jésus sur nos épaules est aussi interpellante que celle de l’âne sur lequel est assis ce roi pacifique, car ce que nous propose Jésus c’est de nous attacher à lui ! Jésus invite tous ceux et celles qui ploient sous le fardeau de leur existence à se mettre à son école, à oeuvrer avec lui car lui il est doux et humble de coeur, et il ne saurait faire peser son autorité sur ceux et celles qui s’en remettent à lui. Sa toute-puissance est celle de l’amour et il ne demande qu’à se faire proche de nous, remettant son amour entre nos mains et nous tirant vers l’avant par la puissance de sa vie de ressuscité. Et c’est ainsi que se joue le grand mystère de la présence de l’Église au monde, humble servante des aspirations profondes de l’humanité.

C’est Alexandre Men, prêtre orthodoxe assassiné en 1990 en Russie, qui écrivait au sujet du christianisme : « Au fil de son histoire, le christianisme peut traverser les crises les plus pénibles, se trouver au bord de l’extermination, de la disparition physique ou spirituelle, mais à chaque fois il renaît. Non pas parce qu’il est dirigé par des personnes exceptionnelles – ce sont des pécheurs comme tout le monde – mais parce que le Christ lui-même a dit : « Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Le Seigneur n’a pas dit : « Je vous laisse tel ou tel texte, que vous pouvez suivre aveuglément. » […] Il n’a rien laissé de tel, mais il s’est laissé lui-même, lui seul. » Nous invitant à labourer cette terre avec lui, à participer aux semailles du monde nouveau, assurés que son joug est facile à porter et son fardeau léger, mettant notre confiance dans les paroles du Christ qui nous promet le véritable repos pour notre âme. Que ce soit là notre joie !

Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs

Homélie pour le 13e dimanche T.O. Année A

Homélie revue et corrigée qui est déjà paru sur ce site.

rouault-disciples-jesus.jpg

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,37-42.
En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ;
celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi.
Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera.
Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.
Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.
Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

COMMENTAIRE

L’Évangile de ce dimanche fait partie de ces passages difficiles que nous propose le Nouveau Testament quand Jésus dit : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. » Comment concilier la tendresse de Dieu et la dureté apparente de cet évangile et que nous avons acclamé comme bonne nouvelle ?

Jésus n’est-il pas le porte-parole et l’expression même du souci de Dieu pour les petits, les pauvres ? N’est-ce pas lui qui souligne l’importance ailleurs dans les évangiles de venir en aide à ses parents, qui affirme qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ? Comment concilier cette bonté de Jésus avec un texte qui semble évoquer un certain sectarisme, où nous serions invités à nous couper du monde ? C’est là bien sûr un premier niveau de lecture que pourrait faire une personne qui ne connaît pas bien les évangiles.

Pour concilier ces contradictions apparentes, nous avons besoin de comprendre ce que cela veut dire marcher à la suite du Christ. En dépit des paroles-chocs de Jésus, nous le savons, cette suite est libératrice et le passage d’aujourd’hui est extrêmement révélateur en ce qu’il nous dit au sujet de notre vie chrétienne. Elle implique des choix, des renoncements, et un attachement indéfectible à la personne de Jésus et son évangile.

august-landmesser-almanya-1936.jpg

Un jour, j’ai vu dans un magazine une photo extraordinaire qui date de 1936. Elle a été prise à Berlin à la veille de la dernière guerre mondiale. On y voit une grande foule qui accueille Adolph Hitler et qui fait le salut nazi, le salut au chef ! Au milieu de cette foule, il y a un homme qui se tient debout les bras croisés. C’est le seul que l’on voit ainsi, alors que tout autour de lui les bras sont tous levés bien haut pour acclamer Hitler. Cet homme seul dans la foule a une mine très résolue, le visage défiant, et l’on devine qu’il s’agit d’une personne courageuse, prenant un risque énorme par sa non-conformité. J’ai vu dans l’image de cet homme une belle analogie avec notre suite du Christ.

Le disciple du Christ est appelé à marcher sur les mêmes routes que son Maître. Son engagement en ce monde au nom de l’évangile est fait de risques, d’audaces et de courage. Son combat est souvent solitaire, et il doit être prêt à y engager toute sa vie comme son maître. Même seuls au cœur de la masse humaine, nous sommes appelés à nous ouvrir sans cesse au désir de Dieu sur nous, comme Jésus lui-même en a donné l’exemple. Le véritable bonheur est à ce prix, mais il est souvent fait de luttes, de renoncements et de refus, même lorsque des proches, des intimes cherchent à nous entraîner sur d’autres chemins que celui de l’évangile. D’où la première place qu’il nous faut accorder au Christ dans nos vies,

Jésus aujourd’hui nous parle de radicalisme, et pourtant il était loin d’être un révolutionnaire violent et anarchiste. Certains l’appelaient un prophète, ce qu’il était certainement. Mais pour nous chrétiens, il est avant tout le Fils de Dieu, lui qui connait si bien le cœur de l’Homme. Et il est venu nous dire que le plus grand combat qui se livre en ce monde est un combat pour l’amour. Il est venu s’engager au cœur de cette lutte que nous menons, nous invitant à le suivre et à aimer comme lui.

Alors, comment concilier cet amour de Jésus avec l’amour de nos proches ? Tout d’abord, il est important de souligner qu’il n’y a aucune contradiction entre ces deux amours, puisqu’ils n’en forment qu’un seul, mais l’un de ces deux amours a préséance sur l’autre, car c’est en demeurant dans l’amour de Dieu que nous apprenons à aimer le prochain en vérité. Et cette vérité de l’amour nous oblige parfois à reprendre le prochain quand ses paroles ou ses actions sont en contradiction avec l’évangile. C’est en ce sens que l’amour de Dieu l’emporte sur l’autre. N’est-ce pas cette logique que vivent les parents lorsqu’ils corrigent leurs enfants qui se montrent égoïstes, violents ou rancuniers. Leur amour pour leurs enfants n’a de sens que s’ils leur apprennent à devenir de véritables adultes. Et il en serait autrement dans notre rapport les uns avec les autres, alors que nous sommes tous et toutes appelés à grandir et à nous épanouir en tant qu’enfants de Dieu ?

Frères et soeurs, l’évangile de ce dimanche nous rappelle que c’est en aimant Jésus le premier que l’amour sera toujours le premier servi dans nos vies, et qu’il pourra alors se déployer tout autour de nous en nous mettant au service les uns des autres, nous donnant d’aimer davantage, mais en vérité, père, mère, fils et fille, époux et épouse, au nom même de cet amour qui a sa source en Dieu.

Yves Bériault, O.P.
Dominicain. Ordre des prêcheurs

Homélie pour le 13e dimanche T.O. (A)

 

pauvrete.jpg

Lecture du deuxième livre des Rois (2 R 4, 8-11.14-16a)

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ;
une femme riche de ce pays
insista pour qu’il vienne manger chez elle.
Depuis, chaque fois qu’il passait par là,
il allait manger chez elle.
Elle dit à son mari :
« Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous
est un saint homme de Dieu.
Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ;
nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe,
et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. »
Le jour où il revint,
il se retira dans cette chambre pour y coucher.
Puis il dit à son serviteur :
« Que peut-on faire pour cette femme ? »
Le serviteur répondit :
« Hélas, elle n’a pas de fils,
et son mari est âgé. »
Élisée lui dit :
« Appelle-la. »
Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte.
Élisée lui dit :
« À cette même époque,
au temps fixé pour la naissance,
tu tiendras un fils dans tes bras. »

COMMENTAIRE

L’homme était un étranger. Ils auraient peut-être dû se méfier de lui. Sous les apparences d’un saint homme, se déguisait peut-être un mécréant, un espion, un être malfaisant et dangereux.

Mais le couple de Sunam a plutôt choisi de se montrer accueillant et généreux envers le prophète Élisée. Les deux, la femme et le mari, ils ont pressenti que cet itinérant était un saint homme. Ils lui ont aménagé un espace chez eux. La bonté a su reconnaître la bonté. Ils ont pris le parti courageux de la bienveillance et de la confiance.

Et ils ont voulu donner sa chance au prophète. Ils ont choisi d’être facilitants pour lui. Ce faisant ils avaient part à sa mission. Ils n’ont pas été déçus. Au sein même de toute leur richesse, ils vivaient une grande pauvreté. Celle de ne pas avoir d’enfant à eux. Leur amour mutuel était en manque d’une fécondité attendu. C’était pour eux leur grande pauvreté. Ils auraient pu en être aigris, révoltés, tristes, cherchant ailleurs, égoïstement et autrement leur bonheur de vivre.

Pourtant, s’ils étaient riches de biens matériels, ils étaient surtout riches de leur ouverture de cœur, riches de leur sens du partage. Riches de leur amour. Ils ont donc choisi la confiance, la bonté, la générosité, tout en acceptant paisiblement leur sort. Ils venir de s’ouvrir ainsi à un avenir jusque là insoupçonné.

Leur contact avec le prophète Élisée leur fut une bénédiction. L’homme et la femme n’avaient pas pensé à cela. Ils n’avaient pas agi pour cela. Une merveilleuse conséquence s’en est suivie pour leur couple. La grâce d’un enfant qui leur advint par pure gratuité, de Dieu lui-même. Ils ont été divinement récompensés. Ce qui leur arrive n’était plus à vraiment à leur portée. Dieu a deviné leur peine et il a fait le nécessaire pour la transformer en une grande joie. Il est venu au-devant de leur désir le plus grand, le plus profond.

C’est pareil pour nous. Nous sommes riches de capacités diverses et peut-être aussi de biens matériels. Nous prenons conscience de l’insuffisance de tous nos biens et ressources à combler nos rêves et nos désirs les plus profonds. Au quotidien de nos vies et au niveau de nos charges les plus habituelles, nous avons toujours de belles opportunités pour être bons et serviables, pour nous ouvrir à l’autre, à l’étranger, aux mal nourris, mal logés, mal aimés. Nous pouvons faire une différence dans la vie de quelqu’un avec notre confiance, notre ouverture de cœur, notre bienveillance.

C’est à Dieu qu’alors nous faisons confiance. Or « qui donne au pauvre, prête à Dieu ». Notre Dieu ne se laisse pas vaincre au plan de la générosité. Il a les moyens de nous rendre le centuple en retour. Il sait ce qui peut nous combler. Il s’y emploie, nous pouvons en être certains.

fr. Jacques Marcotte, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs