Fête de la Transfiguration du Seigneur

transf logo 2

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,1-9.
En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »
Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

COMMENTAIRE

Voici que l’évangile de la transfiguration nous met à nouveau en présence des deux fils de Zébédée, Jacques et Jean son frère, en compagnie de l’apôtre Pierre. Rappelez-vous : Jacques et Jean sont les deux apôtres qui font intervenir leur mère auprès de Jésus afin d’être assis l’un à sa gauche et l’autre à sa droite quand il établira son Royaume. Ils étaient bien jeunes et n’avaient pas compris grand chose encore, mais Jésus les prend sous son aile en quelque sorte, les accompagne patiemment et sait reconnaître l’authenticité de leur désir d’œuvrer pour Dieu.

Et voilà qu’il les emmène sur la montagne avec l’apôtre Pierre afin de les introduire au grand mystère de sa personne. Une fois sur place, ils sont témoins de ce que l’évangéliste Matthieu appelle une vision, une expérience mystique que l’on pourrait résumer ainsi : le déjà-là et le pas-encore. Expérience au-delà des mots pour dire l’indicible, le divin, et confirmation spectaculaire de leur foi et confiance en ce Jésus de Nazareth dont le secret ne pourra être révélé qu’après sa résurrection. De toute manière, à ce stade-ci de leur cheminement, ces trois apôtres ne sauraient encore comment parler de ce qu’ils ont vu, ni la force d’en témoigner.

Un commentaire sur cet évangile souligne que l’évènement de la transfiguration de Jésus semble se dérouler dans le contexte de la fête des Tentes en Israël, d’où la suggestion que fait Pierre de dresser trois tentes. Cette fête célèbre les fiançailles de Dieu avec son peuple, elle évoque le séjour d’Israël au désert alors que Dieu l’accompagne vers la terre promise. Elle rappelle son alliance avec lui et sa fidélité, et jusqu’à ce jour, pendant huit jours, les Juifs implorent Dieu de faire venir son règne et d’envoyer le Messie. C’est dans cette dynamique lumineuse de salut que vont entrer les trois apôtres avec Jésus.

Remarquez ce détail tout à fait extraordinaire dans le récit, soit la présence de Moïse et du prophète Élie. Pourquoi sont-ils là ? On s’entend pour dire qu’ils représentent à la fois la Loi et les prophètes, et que par leur présence sur le mont de la Transfiguration c’est tout l’Ancien Testament qui parvient à une étape décisive de sa foi avec la venue du Messie. Mais Moïse et Élie sont aussi deux témoins privilégiés d’une rencontre inoubliable avec Dieu. Pour les deux, cette rencontre se fait sur la montagne de l’Horeb, où Dieu se manifeste à Élie dans la brise légère, alors que Moïse demande à Dieu de lui révéler qui il est. « Dis-moi ton nom », lui demande-t-il en se tenant devant le buisson ardent, « montre-moi ta gloire », demande-t-il alors que Dieu lui remet les Tables de la Loi. Témoins privilégiés d’une rencontre avec Dieu le Père, Moïse et Élie se tiennent maintenant en présence du Fils bien-aimé dont la gloire leur est révélée. Une icône très ancienne de la Transfiguration au monastère Saint-Catherine du Sinaï représente d’ailleurs Moïse déchaussé dans cette scène, tout comme devant le buisson ardent.

Ce récit de la transfiguration est d’une importance capitale dans les évangiles. Trois évangélistes en font mention et l’Apôtre Pierre en parle lui aussi dans sa deuxième lettre disant avoir été, avec Jacques et Jean, les témoins oculaires du resplendissement de la gloire de Jésus. « Et cette voix venant du ciel, écrira-t-il, nous l’avons nous-mêmes entendue quand nous étions avec lui sur la montagne sainte. ».

Maintenant, l’épisode de la transfiguration de Jésus survient après la profession de foi de Pierre alors que ce dernier affirme : « Tu es le Christ, le Messie ! » Cette profession de foi fait passer les disciples à un nouveau mode de relation avec Jésus. Nous assistons alors à une avancée importante dans la relation d’intimité qui se noue entre eux. C’est dans ce contexte que Jésus va inviter Pierre, Jacques et Jean à entrer plus avant dans le mystère de sa personne et de son identité profonde, encore tenus cachés. Ce qui n’empêchera pas ces trois apôtres par ailleurs d’abandonner Jésus lors de sa passion. Mais la semence est jetée dans leur cœur et ils ne comprendront tout le sens de cette vision extraordinaire qu’après la résurrection de Jésus.

Il est important de souligner que l’évènement de la transfiguration survient aussi après la première de trois annonces que fait Jésus de sa passion à venir. C’est déjà la montée vers Jérusalem qui se profile à l’horizon et Pierre s’oppose violemment à l’idée que son maître aille vers la défaite dans une mort abjecte. Les disciples sont bouleversés. Ils ont peur, et c’est dans ce contexte que Jésus prend avec lui ses trois apôtres et les amène sur la montagne afin de leur redonner confiance et courage, et ainsi les préparer à vivre la passion/résurrection à venir.

Alors que retenir de l’enseignement de ce récit qui est d’une richesse incomparable ? Il est bon de savoir que le récit de la transfiguration de Jésus annonce qu’un jour, après sa résurrection, il sera donné à tous les disciples d’entrer avec lui dans la nuée et de goûter à cette intimité qui se vit entre le Père et le Fils dans la communion de l’Esprit Saint. Et je ne retiendrais donc qu’une phrase pour nous aujourd’hui pour décrire ce que devrait être notre attitude suite à l’audition de ce récit : “Seigneur, il est bon que nous soyons ici !”

C’est là la réaction de l’apôtre Pierre devant cette vision lumineuse et sa réaction devrait aussi être la nôtre quand nous nous rassemblons sur ce sommet de notre foi qu’est l’eucharistie. Car la lumière a brillé dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée, et ainsi la bonne nouvelle de la résurrection a poursuivi sa course jusqu’à nous, comme elle le fait dans les cœurs des disciples depuis deux mille ans, balayant nos peurs, triomphant de la mort elle-même. Voilà la foi qui nous rassemble et qui nous fait dire : “Oui, vraiment Seigneur, il est bon que nous soyons ici ce matin !”

Et c’est ainsi qu’au terme de notre célébration, nous pourrons retourner dans la plaine de nos occupations et de nos engagements, sûrs de la présence du Christ et de sa force au cœur de nos vies. Amen.

fr. Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs