Homélie pour le 19e Dimanche (C)

Veilleurs pour Dieu!

Les lectures de ce dimanche sont assez longues, notamment la 2e lecture et l’évangile. Cela nous justifie d’y aller brièvement avec l’homélie, et de vous proposer de nous arrêter sur quelques vérités plus simples qui nous sont dites, plus d’une fois d’ailleurs, au long de ce parcours impressionnant.

Le Seigneur nous demande de veiller, d’être en état d’alerte et de service, de rester dans la lumière jusque tard dans la nuit. Comme des serviteurs dévoués, responsables. Comme des gens qui attendent son retour, dans la confiance, dans la certitude qu’il viendra, dans la complicité d’une foi active, dans la générosité du partage.

La 1ère lecture nous parlait de la nuit pascale dont le rappel est l’occasion de rendre grâce à Dieu et d’exprimer la ferté collective et la solidarité du peuple de Dieu, d’année en année, de siècle en siècle. C’est comme si la victoire de l’Exode, la sortie d’Égypte d’autrefois, était garante d’un avenir, de l’engagement divin pour la suite, victoire promise pour aujourd’hui et pour demain.

 La 2ème lecture faisait l’éloge des croyants de toujours, nous rappelant la foi des patriarches qui ont pris Dieu au sérieux et qui par leur confiance ont comme forcé la main au Bon Dieu pour qu’il réalise ses promesses. Grâce à leur foi, Sara et Abraham ont fait que des choses leur arrivent, les promesses trouvant à s’accomplir en eux, à se réaliser à cause de leur entêtement à y croire.

Et nous retrouvons tout ça dans l’évangile du jour. Jésus compte sur notre vigilance pour hâter le règne de son Père, la venue du Royaume. Notre attente sera donc une veille active, responsable, le service d’une fidélité, d’un amour indispensable. Comme croyants nous sommes au service d’un Dieu d’alliance et d’amour qui veut faire advenir de grandes choses pour l’humanité. Mais il ne va pas le faire sans notre accord, sans notre désir, sans notre prière. Dieu ne va pas agir sans l’acceptation par nous de ses promesses. Savons-nous que nous travaillons à leur accomplissement quand nous prenons nos responsabilités, en vivant bien humblement et de notre mieux les valeurs du Royaume, quand nous marchons dans la foi, quand nous mettons « pratiquement » sur pied notre espérance?

Nous avons tout un défi à relever dans la grâce de notre Dieu. À une époque où nous avons bien des raisons de pleurer peut-être, de nous lamenter sur tout ce que nous avons perdu, sur tous nos deuils, nos erreurs passées, nos manques actuels, nos peurs. Il nous reste la foi, l’espérance et l’amour! Il nous reste Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob! Le Dieu de Moïse et des Prophètes! Le Christ, le Fils de Dieu et notre frère, grand vainqueur du mal et de la mort! L’Esprit saint, l’Esprit de Pentecôte, Esprit de force et de lumière! 

Ce n’est pas rien tout ce qu’il nous reste… Toutes ces promesses à réaliser! Pensons qu’elles se réaliseront avec l’accord de notre bonne volonté, de notre prière. Telle est la puissance de notre foi! Parce qu’elle s’appuie sur les promesses d’un Dieu qui est fidèle et qui ne saurait nous décevoir. Le meilleur est en avant de nous. Allons-y de notre foi et de l’ardeur de notre prière. Le Seigneur donne raison à ceux qui veillent pour lui, à tous ceux qui de leurs lampes allumées lui font signe dans la Nuit.

fr. Jacques Marcotte, o.p. Dominicain.

Une Réponse

  1. Merci de nous rappeler qu’il nous faut tenir nos lampes allumées pour voir les misères de nos frères et sœurs afin de les soulager sous la gouverne du très Saint-Esprit.

Répondre à Richard Dufresne Annuler la réponse

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :