Homélie pour le 27e dimanche T.O. Année C

sower110

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17,5-10.
En ce temps-là, les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! »
Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi.
« Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir.” »

COMMENTAIRE

Il vous est sans doute arrivé un jour de remettre Dieu en question, de douter ou même de perdre la foi. Tout cela fait partie des chemins qui nous mènent vers Dieu, même si parfois ils s’en écartent. La foi en Dieu tout en étant capable de transformer nos vies, de changer complètement notre regard sur le monde, cette foi demeure fragile, elle est comme une jeune pousse qui a constamment besoin d’être entretenue, arrosée, émondée.

C’est lorsque l’épreuve frappe à notre porte que nous sommes tentés de questionner Dieu, tentés de le faire comparaître devant le tribunal de notre indignation afin qu’il se justifie. Secrètement, nous faisons notre le cri des contradicteurs de la foi d’Israël, que reprend le psalmiste dans l’un de ses psaumes, quand il écrit : « Où est-il ton Dieu ? » C’est ce cri qui trouve son écho chez le prophète Habacuc dans notre première lecture. C’est la même détresse, la même supplication qui monte aux lèvres des opprimés, des souffrants, des malheureux à travers les siècles. Habacuc reprend la plainte d’Israël dont la survie est menacée par des rois ennemis : « Combien de temps, Seigneur, vais-je appeler, sans que tu entendes ? »

Nous le savons, le plus grand des défis que la foi en Dieu doit affronter, c’est le silence de Dieu quand le malheur frappe. Jésus lui-même en a fait l’expérience à Gethsémani quand il s’écrie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » En fait, Jésus reprend ici le cri d’un psaume qui a comme conclusion une remise totale de sa personne entre les mains du Père : « Père, non pas ma volonté, mais la tienne. » Cette prière d’abandon est la plus difficile qui soit, car elle implique l’acceptation de ce que l’on ne peut changer, alors que l’on voudrait que Dieu intervienne, qu’il change le cours des événements qui nous frappent de plein fouet.

Alors, qu’est-ce que Dieu attend de nous ? Et que pouvons-nous attendre de lui ? Pour illustrer mon propos, j’aimerais parler ici d’Etty Hillesum, cette jeune juive assassinée à Auschwitz en 1943. Une jeune convertie qui a des réflexions renversantes au sujet de Dieu. Au cœur de sa détresse et des persécutions qui frappent son peuple, Etty est convaincue que Dieu ne peut intervenir et empêcher comme d’un coup de baguette magique le drame qui se déroule autour d’elle, soit l’extermination systématique de tout un peuple à l’échelle de l’Europe.

Etty, à la lumière de sa foi toute jeune, mais combien lumineuse, est convaincue que c’est à nous d’aider Dieu, que Dieu veut avoir besoin de nous. Mais pour y parvenir, dit-elle, il faut le laisser habiter en nous. « Un peu de toi en nous mon Dieu », écrira-t-elle dans son journal. Etty a cette vive conscience que la force intérieure qui peut nous donner le courage d’affronter la vie et ses tempêtes ne peut que nous venir de Dieu. Qu’il est lui le véritable artisan de nos courages, de nos redressements, de nos recommencements ! « Un peu de toi en nous mon Dieu »

On est tout proche ici de ce qu’affirme le prophète Habacuc quand il dit que le juste vivra par sa fidélité. C’est là une condition indispensable pour bien vivre sa foi, qui est de s’attacher à Dieu envers et contre tout, de mettre toute sa confiance en lui, tout en sachant que cela n’a pas pour but de nous mettre à l’abri des épreuves, même si c’est là notre désir le plus profond. La foi en Dieu nous aide surtout à mieux assumer nos vies d’hommes et de femmes, et ainsi affronter la vie et ses tempêtes avec la force de Dieu, tout en sachant aussi gouter les plages ensoleillées de l’existence avec une vive reconnaissance pour celui qui en est l’auteur.

À la demande des apôtres d’augmenter leur foi, Jésus répond : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi. »

La mer dans la bible est un lieu dangereux, symbole du doute, du péché et de la mort. C’est ainsi que Jésus dans les évangiles va marcher en vainqueur sur les eaux de la mer déchaînée. Jésus parle donc de planter un arbre dans cette mer. L’image de l’arbre est parfois employée dans la Bible pour signifier le fidèle qui met sa confiance en Dieu. Le psalmiste nous dit qu’il ressemble à un arbre verdoyant planté près d’un cours d’eau, et qui porte du fruit en sa saison.

L’analogie surréaliste de Jésus prend alors tout son sens : si nous avons vraiment la foi, pas une foi qui calcule, ni une foi qui cherche son intérêt, mais simplement la foi qui nous fait nous donner à Dieu, qui fait confiance, et bien cette foi, nous dit Jésus, elle est capable de nous donner la force de nous planter comme un mât de bateau dans la mer au cœur de la tempête.

Malgré toutes ces considérations, est-ce que cela veut dire qu’on ne souffre pas quand on est chrétien ? Qu’on n’est pas saisi de vertige devant la peine et la douleur ? Bien sûr que non ! Mais Dieu sera toujours l’appui le plus sûr, l’ami le plus fidèle que nous ayons pour affronter l’épreuve.

En guise de témoignage, voici ce que m’écrivait une correspondante un jour, en me parlant de son quotidien vécu à la lumière de sa foi en Dieu :

« La foi, m’écrivait-elle, c’est Jésus toujours à mes côtés pour me soutenir et me redonner courage quand j’ai envie de baisser les bras. La charité : c’est elle qui me permet de servir et accompagner la fin de vie de mon époux de 86 ans atteint de la maladie d’Alzheimer, avec amour après plus de 56 ans de vie commune. L’espérance ! Elle me fait espérer l’accueil miséricordieux de ce Dieu plein d’amour, auquel je crois, où nous serons définitivement réunis dans la paix. »

Frère et sœurs, lorsque nous laissons la foi prendre racine en nous, comme cette petite graine de moutarde dont parle Jésus, elle a ce pouvoir de nous conduire à l’amour, et l’amour nous conduit à la source de tout amour qui est Dieu. Comme le dit saint Paul à Timothée, « ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force et d’amour », qui nous rends vainqueurs avec Christ, et ce, à tous les âges de la vie.

Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs

3 Réponses

  1. Comme vous l’expliquez, l’image de Jésus sur la foi qui ferait se déraciner l’arbre pour aller s’enraciner dans la mer, devient plus compréhensible et cohérente que jamais. Merci de cet éclairage;
    Il n’en reste pas moins que toute la péricope garde, pour moi, un côté énigmatique. Je n’arrive pas à bien saisir la logique du récit, il me manque la clef. Ainsi, Jésus ne répond pas à la demande de ses disciples « augmente en nous la foi ». Sa réponse porte sur une autre question du type « et si nous avions la foi, qu’est-ce que cela ferait? » Or, ils demandent non ce qu’est la foi mais d’en avoir plus.
    En suivant les évangiles, on voit que la foi totale, celle qui fait déplacer les montagnes, est venue en eux après la résurrection.
    Une question demeure, Jésus pouvait-il augmenter la foi de ses disciples? Pourquoi n’a-t-il pas répondu?

  2. Réflexion à bâtons rompus.
    Aujourd’hui, le prêtre, un carme qui a toujours un angle d’approche particulier, a dit pendant son homélie, « Vous avez remarqué que Jésus ne répond jamais à nos questions….. c’est parce que nos questions sont mauvaises, nous ne posons pas les bonnes questions… »
    Dans le passage de Luc, les disciples ne posent pas une question, ils font une demande. « Augmente en nous la foi ». Faut-il comprendre qu’ils ne font pas la bonne demande? Peut-être.
    J’aimerais bien savoir, je la fais souvent cette demande « Donne la foi à ceux qui ne l’ont pas, augmente celle de ceux qui l’ont » « Augmente la foi de ceux qui souffrent pour ton nom », c’est une demande qui vient naturellement. Que peut-on demander d’autre? C’est assez minimaliste.
    Cela me rappelle St Macaire : quand tu t’adresses à Dieu, dis « Seigneur comme il te plaît, comme tu sais, prends pitié! ». Une demande qui ne demande pas à Dieu ce qu’Il doit faire mais fait confiance en ce qu’Il fera. Total abandon. J’ai souvent cette impression aussi qu’il ne faut pas demander quelque chose de précis, forcer la main à Dieu en quelque sorte.
    Ne pas poser de questions, ne pas demander. C’est sage, mais bien dur quand on n’a pas encore atteint ce niveau d’abandon et qu’on n’a pas renoncé aux mots…
    Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne réponse à mes mauvaises questions, mais je tente….
    Si vous pouvez m’aider, bien cher Moine qui avez beaucoup ruminé, je suis preneuse!

    • Bonsoir Marie.

      Un angle d’approche quant à la demande des apôtres serait le suivant : si Jésus semble leur faire un reproche par sa réponse lapidaire, c’est que les apôtres manquent de foi. Ils ont peur face à la mission qui les attend et ils demandent donc un « surplus de foi ». Ils cherchent surtout à être rassurés, affermis, tout en démontrant par là un certain manque de confiance en Jésus. Mais il faut se rappeler que nous sommes avant la résurrection et que l’Esprit Saint n’a pas été donné.

      C’est vrai que nous demandons à Dieu de donner la foi à certaines personnes, mais la foi ne s’impose jamais à quelqu’un. Même un saint Paul ou un saint Matthieu, ont eu à cheminer avant de dire leur oui, avant leur chemin de Damas. La foi c’est avant tout une porte que l’on accepte d’ouvrir afin que Dieu vienne en nous pour y faire sa demeure. Bref, c’est le désir qui rend la foi possible, car il nous ouvre à la présence de Dieu. Et ce désir n’est pas une question de quantité.

      Quant à l’épisode qui suit le récit, celui des serviteurs qu’on appelait avant « inutiles », et qu’il faut surtout comprendre comme étant des serviteurs « désintéressés », cet épisode vient éclairer la réponse de Jésus en relativisant l’importance qu’ils seraient tentés d’accorder à leur personne ou à leur mission.

      Ils sont au service du Maître et c’est sa puissance à Lui qui se déploie à travers leur service. Ils n’ont qu’à se vouloir tout entier disponibles et la grâce fera le reste. Est-ce que Dieu peut augmenter notre foi ? je crois que c’est mal poser la question. Dieu nous fait surtout grandir dans notre amour pour lui et c’est l’amour qui fait croire, et c’est ainsi que la foi nous sauve : « Va, ta foi t’a sauvé! ». Bref, voilà en vrac ce que m’inspire vos interrogations. Bonne nuit!

Laissez un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :