Homélie pour la fête de la Sainte Trinité (B)

Holy_Trinity_Andrei_Rublev_Hospitality_of_Abraham_Hand-Painted_Orthodox_Icon_11

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 28,16-20. 
En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

COMMENTAIRE

Un jour, un enfant observait un sculpteur qui taillait un énorme bloc de marbre dans son atelier. L’enfant venait l’observer de temps en temps, mais comme le travail ne progressait que très lentement sa curiosité l’amena à jouer ailleurs et pendant des semaines il oublia le sculpteur. Un jour où ses jeux l’avaient ramené près de l’atelier, il se pencha par la fenêtre pour voir où en étaient les travaux. Il poussa un grand cri d’étonnement en voyant un énorme lion au centre de la pièce. Il courut tout agité chez lui, criant à sa mère : « Maman, maman, il y avait un lion de caché dans la pierre ! » Voilà une belle histoire pour aborder le mystère de la Sainte Trinité.

Soyez sans crainte, Dieu n’est pas un lion, mais sans doute nous faut-il un regard d’enfant pour le découvrir au cœur de notre monde. Dans sa liturgie, l’Église joue un peu le rôle de ce sculpteur en s’appuyant sur les Saintes Écritures, invitant les fidèles à découvrir celui qui semble se cacher dans sa création. Et parmi tous les dimanches, celui de la Sainte Trinité est sans doute celui qui nous invite le plus à réfléchir à notre relation avec Dieu et à nous demander : « qui est notre Dieu ? »

Un jour, je discutais avec une amie qui, vous allez le comprendre, n’allait pas très bien. Celle-ci m’affirma avec un ton de reproche dans la voix : « Dieu est un égoïste ! Tout n’est fait qu’en fonction de lui et de sa gloire. Tout est dirigé vers lui afin que nous l’aimions. Dieu, insistait-elle, est un égoïste ! » Je dois avouer que je me suis senti provoqué par son affirmation à l’emporte-pièce, que je trouvais trop facile, et surtout injuste, mais je l’ai tout simplement écouté déverser sa colère.

Dieu un égoïste ? Bien sûr, ni vous ni moi n’avons jamais vu Dieu et pourtant lorsque l’on croit en Dieu, quand nous remettons nos vies entre ses mains, il nous arrive d’être saisis par un amour qui nous dépasse et qui nous surprend. La foi en Dieu, nous le savons, donne un sens profond à nos vies, une direction ferme et assurée. Toutes les grandes religions l’affirment. Avoir foi en Dieu, c’est pressentir qu’il y a une réalité cachée en ce monde, une force créatrice et invisible qui l’anime et qui lui donne vie. Et toute personne sur cette terre est invitée à s’ouvrir à cette réalité, à ce mystère. Mais qui est ce Dieu ? Comment le connaître ?

La foi chrétienne a ceci de particulier lorsqu’elle aborde la question de l’Absolu, pour elle « l’Absolu s’est incarné et porte un visage, le visage de Jésus-Christ ! » Et c’est à la lumière de ce visage que nous comprenons mieux qui est Dieu. Jésus ne disait-il pas à ses disciples : « Qui m’a vu a vu le Père ! »

C’est pourquoi voici ce que j’aimerais dire aujourd’hui à cette amie déçue de Dieu. « Tu te demandes ce qu’il fait ton Dieu, et bien regarde Jésus, lui qui a pleuré devant le tombeau de son ami Lazare ; qui a pleuré sur Jérusalem dont il voyait venir la destruction ; qui a prié dans les larmes au jardin de l’agonie, en offrant librement sa vie pour te sauver ; regarde-le après sa résurrection quand il demande, presque suppliant, à celui qui l’a renié : “Pierre, m’aimes-tu ?” Contemple tous ces évènements de la vie de Jésus Christ et dis-moi si c’est là le visage d’un Dieu égoïste qui nous est dévoilé. »

« Qui m’a vu a vu le Père ! » dit Jésus. Et c’est pourquoi nous affirmons avec saint Jean que Dieu est amour, et que la plus grande preuve de son amour est qu’il a tellement aimé le monde qu’il nous a donné son Fils bien-aimé, son unique. Et c’est ainsi que se dévoile peu à peu le véritable visage de Dieu et que nous entrons, sans vraiment comprendre, comme sur la pointe des pieds, dans ce mystère d’un seul Dieu en trois personnes que nous appelons la Sainte Trinité.

Car, si Dieu est amour, c’est qu’il y a en Lui communion d’amour, communion de personnes. Dieu n’est pas une solitude. En Dieu, la foi de l’Église nous dit qu’ils sont trois et pourtant qu’ils ne font qu’un. Il y a le Père qui aime le Fils et qui sans cesse, de toute éternité, lui donne sa vie ; il y a le Fils qui aime le Père, par qui tout a été fait, qui est sa Parole, son Verbe, et qui a pour mission de nous le faire connaître ; et il y a l’Esprit Saint qui est l’amour même qui existe entre le Père et le Fils, qui va du Père au Fils et du Fils au Père, et qui nous donne d’entrer dans cette communion d’amour et d’y participer. Ils sont trois et pourtant ils ne forment qu’un seul Dieu ! C’est Jean-Philippe Ferlay dans un livre sur l’Esprit Saint, qui décrit magnifiquement bien cette communion d’amour en Dieu. Voici ce qu’il dit :

« L’amour du Père pour son Verbe dans l’Esprit est tellement fort et généreux qu’il éclate hors de Dieu. Et voilà que le monde est créé, tout différent de Dieu et pourtant absolument lié à lui. Dieu n’a besoin de rien. Il ne crée ni par hasard ni par caprice, mais par surabondance d’amour, pour faire participer ce qui existe à sa vie et à sa joie. »

Bien loin d’être un Dieu égoïste, comme l’affirmait mon amie désabusée, nous affirmons en Église que Dieu est l’avenir de l’homme et de la femme, que dès notre conception il nous prend par la main et nous accompagne par monts et par vaux tout au long de nos vies, jusqu’à ce face à face ultime qui nous est promis un jour !

C’est ce dévoilement de Dieu dont Jésus est venu témoigner, nous donnant de comprendre que s’il y a unité, joie, et amour en Dieu, c’est qu’il y a communion de Personnes en Dieu : Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit. Ils sont trois et pourtant ils ne forment qu’un seul Dieu. Voilà le grand mystère que nous contemplons en ce jour. C’est la fête de la Sainte-Trinité !

Yves Bériault, o.p.
Dominicain. Ordre des prêcheurs

 

Laissez un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :